étude contradictoire
pathologies blocage drainage lymphatique
Introduction
Faux besoin


Introduction
info passe pas
dress to kill

            Lorsqu'en 1995 les auteurs du livre Dressed to Kill ont terminé leur enquête sur le lien entre le cancer du sein et les soutiens-gorge, ils ont écrit, alerté et envoyé les détails de leurs recherches à:

 

       Il n'ont eu absolument aucune réponse. Pas une seule !

Étant donné le manque d'intérêt, ils ont décidé de publier leurs conclusions dans un livre, en informant directement les femmes qui en avaient besoin.


       C'est là que l'on se pose des questions sur "l'industrie du cancer" et "l'industrie textile"... Surtout lorsqu'on a déjà lu toutes les études médicales téléchargeables dans ce site "soutiengorge.info".


Quelques faits:


       Une grande firme de relation publique à New York souhaitait divulguer cette information au public, mais ils ont finalement retiré leur offre car un de leurs clients, un grand centre médical, s'y opposait.


       Une société de relation publique de Sydney avait accepté de faire connaître cette enquête mais ils se sont finalement rétractés car ils représentaient une société pharmaceutique qui fabrique un médicament pour le traitement du cancer du sein, et la prévention du cancer du sein et son traitement sont contradictoires, ont-ils expliqué.


       L' Intimate Apparel Council (l'association professionnelle américaine du secteur du soutien-gorge, qui pèse plusieurs milliards de dollars) a menacé l'éditeur, Avery Publishing Group, d'une action en justice contre " Dressed To Kill ". L'éditeur a déclaré que la publicité aiderait à passer le mot. Le procès ne s'est finalement jamais réalisé.


       Une fois le livre publié, l'information devait passer sur la chaîne NBC. L'histoire a ensuite été brusquement terminée. Le producteur a expliqué de manière confidentielle que la politique de General Electric , propriétaire de NBC, consistait à éviter de diffuser des informations susceptibles d'avoir un impact négatif sur les autres intérêts de GE. Il se trouve que GE est un fabricant d’appareils de mammographie.


       Des magazines féminins, tels que Glamour, Self et d'autres, ont publié des articles critiques condamnant cette enquête et faisant appel à des "experts" pour encourager les femmes à continuer à porter des soutiens-gorge. Le magazine Elle a prévu un article positif sur le lien soutien-gorge / cancer, mais les annonceurs de soutiens-gorge l'ont forcé à retirer cet article. Dans divers journaux du monde, tels que le Guardian au Royaume-Uni, des articles ont été publiés avant la publication, de peur de "paniquer le public", y compris leurs annonceurs de lingerie.


       Le British Fashion Council (qui est l'équivalent britannique du Intimate Apparel Council ) a publié le Breast Health Handbook en 1996 pour s'opposer au livre "Dress to Kill". Ils ont annoncé la création de la fondation Breakthrough Breast Cancer, qui devait recevoir des dons provenant de la vente de soutiens-gorge pour financer la recherche génétique sur le cancer du sein. Le livre a critiqué l'enquête "Dress to kill". Sans aucune preuve ni recherche médicale, le livre informe les femmes que le port du soutien-gorge est une nécessité pour la santé et qu'il devrait être porté aussi tôt que possible pour prévenir les lésions mammaires.


       Un documentaire télévisé a été produit en 2000 par Channel 4 au Royaume-Uni, intitulé Bras - The Bare Facts.. Dans le documentaire, 100 femmes atteintes de la maladie fibrokystique du sein ont été sans soutien-gorge pendant 3 mois pour documenter l’effet sur les kystes et la douleur mammaires. Deux éminents chirurgiens du sein britanniques ont mené l’étude. Les résultats ont été stupéfiants et ont clairement démontré que le soutien-gorge présentait un risque grave pour la santé. Le lien soutien-gorge / cancer, était considéré comme hautement plausible et important par les médecins interrogés. D'après certains, en plus des troubles lymphatiques, le soutien-gorge pourrait également provoquer un cancer en surchauffant les seins. Le documentaire a fait la une des journaux dans les pays du Commonwealth britannique à travers le monde, mais aucune mention n’a été faite aux États-Unis. Le lendemain, des gros titres au Royaume-Uni ont tenté de dissiper les craintes du lien soutien-gorge / cancer et les médecins de l'étude ont rapidement pris leurs distances par rapport au cancer, en recommandant aux femmes de continuer à porter des soutiens-gorge. Une large couverture de l'actualité de l'émission était disponible sur Internet après sa diffusion, mais la plupart des articles ont été supprimés peu de temps après.



       Nous nous rendons bien compte malheureusement, qu'il y a beaucoup d'argent dans la vente de soutiens-gorge ainsi que dans la détection et le traitement du cancer du sein.

       En conséquence, il existe de nombreuses informations erronées sur ce problème, certaines industries concernées qualifiant le lien soutien-gorge-cancer de "mythe". Bien que des preuves scientifiques ont été présentées à l'American Cancer Society et à d’autres organisations spécialisées dans la lutte contre le cancer, elles refusent d’admettre que les soutiens-gorge sont susceptibles de provoquer le cancer. Pire encore, ils mentent à propos du lien et ont même financé une étude pour tenter de réfuter le lien. Voici quelques-uns de leurs mensonges: (Extraits du site brasandbreastcancer.org)


       1. De Breastcancer.org  "Les soutiens-gorge à armature ne causent pas le cancer du sein. Une seule étude scientifique a examiné le lien entre le port du soutien-gorge et le cancer du sein. Il n'y avait pas de réelle différence de risque entre les femmes qui portaient un soutien-gorge et les femmes sans soutien-gorge. " 


       Fait: Il n’existe aucune étude de ce type et aucune référence n’est donnée à l’appui de l’allégation. L’étude à laquelle ils font référence est l’étude Hutchinson (voir dans ce site), mais cette étude n’a pas inclus de femmes sans soutien-gorge à des fins de comparaison, ce qui la rend imparfaite. Ce mensonge de breastcancer.org dit qu'il y avait des femmes sans soutien-gorge dans l'étude. Ils ont essayé de cacher le défaut de l'étude.


       2. De l' American Cancer Society  "Il n'y a pas d'études scientifiquement valables montrant que le port de soutiens-gorge de n'importe quel type cause le cancer du sein." 


       Fait: Il existe de nombreuses études. Voir les références ici. L’ACS refuse d’appeler à plus de recherche et refuse d’admettre qu’il existe des études complémentaires.


       3. Du Centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson  "Notre étude n'a trouvé aucune preuve que le port d'un soutien-gorge augmente le risque de cancer du sein chez une femme", a déclaré Lu Chen, chercheur à la Division des sciences de la santé publique de Fred Hutch. «Le risque était similaire quel que soit le nombre d'heures par jour que les femmes portaient un soutien-gorge, qu'elles portaient un soutien-gorge à armatures ou à quel âge elles avaient commencé à le porter.»


       Fait: C’est la seule étude qui n’a pas trouvé de lien entre le soutien-gorge et le cancer. L'étude n'incluait aucune femme sans soutien-gorge et n'incluait que les femmes utilisant un soutien-gorge de plus de 55 ans. Cela signifie qu'il n'y avait pas de groupe témoin de femmes sans soutien-gorge pour la comparaison. Vous ne pouvez pas conclure aux effets de l'utilisation d'un soutien-gorge sans un contrôle sans soutien-gorge. Les auteurs de l'étude ont mentionné cette faille dans le texte de leur étude , mais pas dans le communiqué de presse ci-dessus. L’exclusion des femmes de moins de 55 ans limite également la portée de l’étude. Essentiellement, il s'agit d'une étude inutile qui est plus une propagande.

  

     Pourquoi cette information et les études publiées

ne sont pas plus connues...

     Pourquoi certains sites web disent que c'est un mythe !

  

       4. De l' American Cancer Society  "En raison de l'attention suscitée par ce livre, les scientifiques d'ACS, Ted Gansler, MD et Ahemdin Jemal, Ph.D. ont mené une petite étude en 2009 publiée dans le Breast Cancer Journal (abonnement requis) afin d'explorer le mécanisme biologique à la base de l'hypothèse d'un soutien-gorge cancérogène. Ils ont examiné les survivants atteints de mélanome de l'épaule ou des membres supérieurs, dont les ganglions lymphatiques des aisselles ont été enlevés par voie chirurgicale, ce qui entrave considérablement le drainage lymphatique du sein. Si l'obstruction lymphatique engendre des taux plus élevés de cancer du sein, leur analyse n'a révélé aucune augmentation du cancer du sein chez ceux qui avaient subi une intervention chirurgicale pour enlever les ganglions lymphatiques. Les auteurs soulignent que leur étude était préliminaire,mais ont conclu que "les résultats n'appuient pas l'hypothèse d'une perturbation lymphatique constituant un facteur de risque de cancer du sein".


       Fait: Cette "étude" était en fait une lettre au rédacteur en chef du Breast Journal de l'ACS. Il ne s'agissait donc pas d'une étude évaluée par des pairs. Le texte révèle qu'ils ont constaté une augmentation significative de 700% du cancer de la peau chez les femmes qui avaient subi une dissection des ganglions lymphatiques , ce qui confirme le modèle selon lequel le drainage lymphatique avec facultés affaiblies conduit au cancer. En outre, leur échantillon était trop petit pour tirer une conclusion significative sur le lien avec le cancer du sein. Et ils ont recherché un cancer du sein dans les 5 ans qui ont suivi la chirurgie des ganglions lymphatiques. Ce n'est pas un bon modèle pour le cancer du sein causé par une constriction chronique due aux soutiens-gorge, qui peut prendre des décennies pour se transformer en cancer.




       Ainsi les organisations du cancer du sein opposées à la question déclarent que le lien soutien-gorge / cancer est une "désinformation" ou un "mythe", sans aucune étude scientifique valable à l'appui de leurs revendications.      

       Ils disent que les soutiens-gorge sont importants et que les femmes doivent soutenir leurs seins, sans aucune preuve démontrant que les soutiens-gorge sont sûrs ou nécessaires.

       Ils encouragent ensuite les mammographies régulières, la pharmacothérapie préventive du cancer (sans se rendre compte que la "thérapie préventive" est un oxymore), et même les mastectomies préventives (ce qui signifie que les femmes à risque élevé de cancer du sein mais qui ne l'ont pas, peuvent tout de même en souffrir en enlevant leur poitrine comme stratégie de prévention).


       Bien sûr, il est préférable de retirer le soutien-gorge plutôt que les seins, mais le retrait du soutien-gorge n’est pas une procédure facturable.



Cette résistance comporte trois raisons:


       1. L’industrie du soutien-gorge craint les recours collectifs. Ils savent que les soutiens-gorge serrés causent des kystes et des douleurs. En tant que moyen de défense, l’industrie rejette la responsabilité sur le client, affirmant que la plupart des femmes portent leur soutien-gorge trop serré. Plusieurs fabricants de soutiens-gorge proposent des soutiens-gorge nouvellement brevetés, qui prétendent atténuer les dommages, y compris le cancer, causés par le soutien-gorge !


       2. L'industrie médicale gagne chaque année des milliards en dépistage et traitement du cancer du sein. Comme mentionné ci-dessus, il existe un conflit entre la prévention et le traitement de la maladie, surtout si la prévention ne comprend pas de médicaments ou de chirurgie. Le fait est que notre système médical, axé sur le traitement et sur les profits, traite de près cette maladie et a des milliards de Dollars et d'Euros à perdre si le cancer du sein se "démodait" avec les soutiens-gorge.

       En outre, la question du soutien-gorge va révolutionner le domaine du cancer du sein, embarrassant de nombreux chercheurs. La recherche sur le cancer du sein qui a jusqu'ici ignoré le problème du soutien-gorge en est sérieusement entachée. C'est pourquoi les "experts" sont toujours incapables d'expliquer la cause de plus de 70% des cas de cancer du sein. Les chercheurs sur le cancer de carrière qui ont ignoré le problème du soutien-gorge devront admettre cette faille fatale dans leur travail, ce qu'ils ne sont pas enclins à admettre...


       3. Enfin, il ya la résistance dogmatique et craintive de certaines femmes qui trouvent que leur identité personnelle est tellement liée à leur soutien-gorge qu’elles préféreraient risquer le cancer plutôt que de ne pas avoir de soutien-gorge. Les femmes sont des entités culturelles et tant que notre culture dédaignera une ligne de buste naturelle, de nombreuses femmes subiront la douleur, les marques rouges, les indentations, les kystes et même la menace du cancer plutôt que de faire face potentiellement à des moqueries en public (ce qui ne se produit jamais réellement).


       Il y a aussi des femmes qui croient au mythe que les soutiens-gorge vont empêcher les seins de tomber. L’industrie du soutien-gorge admet que c’est un mythe, alors qu’elle continue de le promouvoir pour améliorer les ventes. En fait, les soutiens-gorge font tomber les seins, car ceux-ci deviennent dépendants du soutien-gorge et les mécanismes naturels de soutien s'atrophient lorsqu'ils ne sont pas utilisés. Lien ici

Sources: http://breastnotes.com

https://brasandbreastcancer.org